KYOKUSHIN CASTELMAYRAN/SAINT NICOLAS DE LA GRAVE

FORUM DES DOJO KYOKUSHIN DE CASTELMAYRAN ET SAINT NICOLAS DE LA GRAVE
 
AccueilRechercherS'enregistrerConnexion
KYOKUSHIN-SEINAN
REPRISE DES COURS

Saint-Nicolas de la Grave: 5 septembre 2011
Castelmayran: 6 septembre 2011

Partagez | 
 

 PRINCIPE 1 de Ô Senseï Funakoshi Gichin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Admin
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 474
Age : 63
Région : Sud-ouest France
Date d'inscription : 13/07/2007

MessageSujet: PRINCIPE 1 de Ô Senseï Funakoshi Gichin   Dim 29 Juil - 1:31

PRINCIPE 1 de Ô Senseï Funakoshi Gichin

N'OUBLIEZ PAS QUE LE KARATE COMMENCE
ET S'ACHEVE DANS LE REÏ.
..
scratch

_________________
Cherche et tu trouveras,
Demande et on te donnera,
Frappe et on t'ouvrira...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kyoku-castelmayran.4umer.net
hanumanmusashi
vétéran
vétéran


Nombre de messages : 108
Date d'inscription : 25/07/2007

MessageSujet: Re: PRINCIPE 1 de Ô Senseï Funakoshi Gichin   Lun 20 Aoû - 21:55

maitre g funakoshi a enoncé 20 preceptes biens connus mais qui restent parfois obscures dans leur interpretation.



est ce a penser que le karaté a des choses communes avec la religion? je m explique.



selon la tradition il existe 3 manieres de comprendre les ecritures:



- un sens literal qui se rapporte à ce qui est dit litteralement

- un sens allégorique qui se rapporte au niveau de la morale et du dogme

- un sens anagogique qui se rapporte a la capacité du texte sacré pour nous faire remonter a l origine du sacré.



tous ces sens st valables a leur niveau, cependant il ne doivent pas
etre extrapolé a des realités differentes de celles auxquelles
ils se rapportent. tout depend donc du niveau de conscience de
celui qui lit.



ainsi, l homme charnel s en tiendra au sens litteral, l homme psycjique
au sens allégorique et l homme spirituel au niveau analogique.
difficile donc de juger a partir d un niveau de conscience ce qui
n est parceptible que du niveau supperieur.



ainsi, "n oubliez pas que le karaté commence et s acheve par un rei" peut se comprendre:



1. sens littéral: saluer l adversaire au debut et a la fin du combat

2. sens allégorique: où rei tiens d avantage de la notion respect d autrui que de salut.

3. sens anagogique: si nous considerons que les 20 preceptes de g
funakoshi font parti d un ensemble cohérent et inalienable, nous
pouvons rapprocher ce premier principe a tous les autres. puisque c est
le premier, il transcende les autres. la notion de respect et d amour
contenu dans ce premier precepte permet de considerer les 19 suivants
avec un autre regard: celui du voyage de retour vers notre vrai "moi",
de la connaissance de soi meme, la maitrise de l ego etc...

l idee de debut et de fin du karaté, tout deux contenant rei, me fait
penser a "tu es né poussière et tu redeviendras poussière". il y a une
fin uniquement pour qu il y ait un nouveau commencement. une fois qu on
a mis le pieds dans les rouages du karaté, une sorte de rythe
initiatique debute. a un moment donné nous passons par le stade de
celui qui cherche et puis, a force on devient celui qui sait. c est a
partir de ce moment qu il faut faire preuve d encore plus de force pour
ne pas tomber dans le mystique!



c est certainement pour celà aussi que ce site existe!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 474
Age : 63
Région : Sud-ouest France
Date d'inscription : 13/07/2007

MessageSujet: Re: PRINCIPE 1 de Ô Senseï Funakoshi Gichin   Ven 24 Aoû - 0:28

[color=white]

Très bonne analyse Mathieu.



Pour moi le Reï est plus qu’un simple salut, c’est une prise de conscience des autres et par conséquence de soi.



C’est pour cette raison que le Reï ne doit jamais être machinal, comme le sont trop souvent les salutations civiles genre : « salut toi ça va ? », où la réponse n’est en fait qu’anecdotique pour beaucoup.



Or si l’on regarde l’étymologie du mot salut nous constatons que cela vient du latin :



Salutas” signifiant « santé », « sécurité », « intégrité ».



Dire « Salut » à quelqu’un c’est infiniment plus profond qu’un « bonjour », c’est vouloir à cette personne : une bonne santé, une intégrité physique, une entière sécurité en notre présence.



Tout le temps de la parenthèse du salut cette personne sera sauve, symboliquement elle est rentré dans ma maison, dans mon asile, mon havre de paix, elle n’aura rien à craindre de moi et elle en me rendant mon salut fait de même pour moi.



Si le karaté commence par un salut et finit par un salut c’est pour ouvrir une parenthèse, un îlot de paix et d’amour, j’en conviens c’est bizarre pour un art martial, mais ceux qui ne comprennent pas cela, n’ont rien compris à l’art.



Le Reï ou salut au kamiza nous fait entrer dans une dimension intemporelle où les anciens disparus et ceux actifs dans le temps présent ne forment qu’un.



Le Reï nous fait entrer dans une dimension religieuse, dans le sens étymologiste du terme qui d’après Lucrèce, Lactance, Tertullien vient de



"religare" qui signifie relier. Le Reï relie le haut et le bas, le séculier et l’intemporel.



Comme le dit Mathieu ce premier précepte est la pompe aspirante des 19 autres.



Sans « n’oubliez pas que le karaté commence et s’achève dans le Reï » il n’y a pas de karaté.
[color:2294=maroon:2294]
scratch

_________________
Cherche et tu trouveras,
Demande et on te donnera,
Frappe et on t'ouvrira...


Dernière édition par le Mer 3 Oct - 4:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kyoku-castelmayran.4umer.net
hanumanmusashi
vétéran
vétéran


Nombre de messages : 108
Date d'inscription : 25/07/2007

MessageSujet: Re: PRINCIPE 1 de Ô Senseï Funakoshi Gichin   Ven 24 Aoû - 14:03

salut jean andré,

c est vrai, ca fait toujours bizzarre de lier "religion" et arts martiaux. pourtant l histoire nous demontre que finalement chaque homme choisi un chemin. la voie, le do etc...

bien entendu il me parait difficile a proprement parler de suivre plusieurs voie a la fois.

c est aussi pour cette raison que ,pour moi, tout art martial s apparente a une methode. idem pour les religions. c est parceque dans mon fort interieur je suis convaincu que chaque methode est infiniment plus grande que ce qu elles veulent bien montrer.

jean andré, je ne sais pas si tu as vu que nous avons comencé a débattre des arts martiaux dans une sorte d etude transversale (sur le forum de petitjo). notre propos premier traite de l envoie de l energie. non pas pour casser ou pour differencier les methodes existantes, mais au contraire pour en trouver les liens, les rapports, les correlations.

je suis convaincu que nous pourrions faire la meme chose en analysant les religions. non pas pour les comparer et tenter de faire resortir "la meilleure" mais plutot pour permettre a chacun de se rendre compte du lien qu elles ont entre elles.

je me rend compte que les differences n interessent que ceux qui ne savent pas exactement où ils en sont. qu ils se rattachent uniquement a ce qui est ecrit, qu ils ne reflechissent pas forcément et prennent tout pour argent comptant.

c est tres difficile de chercher seul! les arts martiaux et les religions ont celà en commun!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 474
Age : 63
Région : Sud-ouest France
Date d'inscription : 13/07/2007

MessageSujet: Re: PRINCIPE 1 de Ô Senseï Funakoshi Gichin   Sam 25 Aoû - 2:42

Les différences forment l’entièreté, l’unicité.



Si nous prenons l’exemple du Wu-chi (Wu-ji en chinois) ce n’est qu’en se transformant en deux énergies différentes Yin et Yang qu’il se révèle. Sans Yin, Yang n’est pas, sans Yang Yin n’est pas.

Chaque être humain croit détenir la vérité (même celui qui dit ne pas savoir puisqu’il se place sous la vérité du non savoir). Tous nous avons foi en quelque chose, les athées compris puisqu’ils croient qu’il n’y a rien (je pense qu’il faut beaucoup de foi pour être athée).

Là ou le bât blesse c’est que certains n’admettent pas la vérité des autres et voudraient que tous croient leur croyance à eux ; du coup les anathèmes sont jetés, comme si Yin disait à Yang : tu n’as pas le droit d’être, puisque moi j’ai la vérité. Imaginons l’existence de Yin si Yang venait à disparaître.

Lorsque je parle de religion, je ne parle pas de dogme, mais du sens premier du mot à savoir ce qui nous relie à ce à quoi nous sommes coupés.




Et, c’est là ou je te rejoins Mathieu, si nous dépoussiérons les religions de tout ce qui à été ajouté pour les différencier des autres, je pense que comme avec les télescopes qui nous font approcher de plus en plus prés de l’instant zéro de l’univers, nous remonterions à une croyance commune.


Je crois aussi qu’il n’y a aucune antinomie entre les religions asiatiques, qui comme la science, tentent d’expliquer comment fonctionne l’univers dans lequel nous sommes, et les religions monothéistes, qui tentent d’expliquer d’où vient l’univers. Je pense que nous avons tous notre place dans la grande construction de l’humanité, car c’est tous ensemble dans nos diversité que sommes a l’image de Dieu, or nous agissons comme le ferait des cellules de notre corps se croyant être le corps.

Pour commenter ta réflexion, très pertinente, sur les 3 manières de comprendre une écriture, j’aimerai prendre un exemple dans la Thora connu sous le nom de loi du Talion, exemple qui rejoint l’art martial :

« Mais si malheur arrive, tu paieras vie pour vie, œil pour œil, dent pour dent, main pour main, pied pour pied, brûlure pour brûlure, blessure pour blessure, meurtrissure pour meurtrissure. » (Noms (Exode) 21 :23-25)

Au sens littéraire : on me crève un œil, je crève un œil ; on m’arrache une dent, j’arrache une dent.

Au sens allégorique : la punition ne doit pas être plus lourde que le crime.

Au sens anagogique (dépassement du sens littéraire) : j’ai droit à tout cela, mais je dépasse ce droit parce que : « Tu ne te vengeras pas, ni ne garderas rancune, mais tu aimeras ton prochain comme toi-même. Je suis l'Eternel. » (Il crie… (Lévitique) 19 :1

scratch

_________________
Cherche et tu trouveras,
Demande et on te donnera,
Frappe et on t'ouvrira...


Dernière édition par le Mer 3 Oct - 4:58, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kyoku-castelmayran.4umer.net
hanumanmusashi
vétéran
vétéran


Nombre de messages : 108
Date d'inscription : 25/07/2007

MessageSujet: Re: PRINCIPE 1 de Ô Senseï Funakoshi Gichin   Sam 29 Sep - 16:33

salut jean!



desolé de ne repondre que maintenant.



il y a plusieurs choses qui m interpellent dans ce que tu explique ici. parmi elles ceci :"Lorsque
je parle de religion, je ne parle pas de dogme, mais du sens premier du
mot à savoir ce qui nous relie à ce à quoi nous sommes coupés."



dans les ecritures dieu cré l homme a son image, de plus il est dit que
dieu voulait contempler dieu. selon certaines croyances esotheriques, l
homme est la partie de dieu qui ignore qu elle est dieu. je ne pense
pas que ceci puisse nous permettre de declarer, comme certains le font,
que l homme est dieu ou que dieu se situe dans le coeur (ou ailleur)
tous les hommes.



je m explique. puisque l homme est coupé de sa part divine, son but
pourrait etre de la joindre. de lier le bas et le haut. cependant
beaucoup seront appelés et peu seront élus. celà signifie que tous les
hommes ne connaissent pas cet appel de dieu. qu ils ne le resentent
pas. parmi ceux qui se sentent appelés, peu seront élus. pourquoi? par
difficulté, par orgueil, par peur? qu est ce qui fait que l on peut se
sentir attaché a dieu et qu a un ou plusieurs moment de sa vie on
puisse douter de soi, voir de dieu lui meme?



qu est ce qui rend le chemin du retour vers dieu si difficile? peut
etre parceque ce chemin nous oblige, pour le suivre, de faire le deuil
de soi meme, de connaitre la mort pour renaitre autrement. pour moi,
mais c est mon idée personelle et elle n engage que moi, ce chemin
pourrait etre en parti le fait de ne plus faire, mais de simplement
"etre".



si je prend l exemple d aimer, on peut aimer, faire l acte d aimer,
manifester de l amour cependant c est tres different d etre amour.
lorsqu on agit, on fait appel a la volonté lorsqu on est, nous ne nous
faisons pas violence; nous sommes. il est possible d aimer tout le
monde a sa juste valeur, bref d aimer autrui comme soi meme, puisque
nous sommes nous meme amour.



alors bon, ca parait un peu dingue d ecrire celà sur un forum, mais ca
fait quand meme du bien. et puis bon, je ne suis qu au debut de ma
route, j espere que vous me pardonnerez cette ecartade sur un sujet que
l on doit vivre et sur lequel il est si difficile de parler...



a bientot



mathieu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
al
lecteur actif
lecteur actif


Nombre de messages : 26
Age : 56
Région : Corse
Date d'inscription : 28/09/2007

MessageSujet: Re: PRINCIPE 1 de Ô Senseï Funakoshi Gichin   Sam 29 Sep - 18:38

Salut

Si je peux me permettre d'apporter ma contribution sur un sujet au combien délicat.

Pour moi, religion et même le christianisme qui est fondé sur un message d'amour et pratique d'un art martial ne sont pas incompatibles, mais au contraire complémentaires pour arriver in fine à ne plus former qu'une seule recherche.

Chaque religion détient une parcelle de Vérité et recherche en finalité la même chose, à savoir la place de l'homme dans l'Univers par rapport au Grand Mystère. Chacune contient ses croyances et ses lacunes et chacune croit détenir les clés qui mènent à l'énergie primordiale que ce soit sous forme de Père céleste ou de Tai Ji. Aucune n'est parfaite, car la perfection n'est pas de ce monde.

Je ferais une analogie avec le Karaté initial, avec une majuscule, et la pléthore de syles qui en découlent. Chacun mettant en exergue un aspect qui est absent chez l'autre ou du moins minoré en fonction des transmissions successives d'experts différents, physiquement et mentalement.

La finalité d'un art martial est la paix. Devenir fort dans sa tête et dans son corps pour ne plus avoir à combattre.
En définitive vaincre la violence, celle des autres bien sûr, mais surtout la notre. Mais pour la vaincre, encore faut-il la connaître, d'où notre pratique.
Une pratique martiale bien conduite, doit nous emmener à la paix de l'esprit sur un chemin d'ouverture vers la Vie et les autres, ce qui à mon sens rejoint tout à fait une démarche spirituelle.

Et puis j'ai envie de répondre au chrétien qui se pose des question sur la compatibilité de la pratique martiale et de la pratique religieuse:
C'est vrai que dans les Ecritures, nous trouvons, "Si on te frappe sur la joue droite, tends la gauche" Ce qui est à prendre au second degré....mais bon, on va pas développer, on verra ça une autre fois :-) Mais, on se garde bien de dire que quand il fallait faire le coup de poing, Jésus n'était pas le dernier: cf les marchants du temple.

Le problème avec les religions, c'est qu'elles ont perdu leur sens initial de "Relier" et sont devenus des causes de désunion et d'opposition par leur enfermement dans leurs dogmes et leur extrémisme en oubliant le principal intéressé, l'Homme.
Hors de mon église, point de salut....bof, sans moi alors!

al
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
hanumanmusashi
vétéran
vétéran


Nombre de messages : 108
Date d'inscription : 25/07/2007

MessageSujet: Re: PRINCIPE 1 de Ô Senseï Funakoshi Gichin   Dim 30 Sep - 14:14

salut al,



merci pour ta reaction et tes elements de reflexion, car ils sont lucides et tres interessants.



le sujet est epineux pour plein de raisons. la premiere de celle ci est
la plus importante: nous parlons de croyances. par definition une
croyance n est pas rationelle, elle ne s appuie sur rien de tangible et
pourtant elle est notre. lorsqu on se lance dans une demarche de
comprehension, nous sommes tous tenté de rationnaliser, de peser les
elements en presence pour faire un choix.



meme ce choix demeure du domaine de notre croyance, mais au moins nous
savons (tout du moins en partie) en quoi nous croyons et pourquoi nous
y croyons.



en ce qui concerne "l incompletude" des religions, le fait, selon toi
qu elles serainent toutes "imparfaites", je nuancerai ces propos.



toute religion s inscrit dans une continuité, dans un tout. les religions monotheistes ont succedees aux religions politeistes.



pourtant, lorsqu on remonte aux politeismes par exemple, chaque
communauté, ou chasque individu avait parait il "un" dieu de reference
auquel il vouait un culte particulier. la difference c est qu il
croyait aussi dans les autres pour s attirer tout de meme leurs "bonnes
graces" ou par respect...l exemple des romains est parfait pour celà,
puisque certaines communautés s en referaient a un dieu principal qu
elle veinairait.



le fait de "relier" l ensemble des dieux en un seul, en une antité
unique, omnipresente, omnipotente a beaucoup simplifié la donne...a
moins que ce ne soit le contraire comme nous le voyons aujourd hui: le
but etait sans doute de rationnaliser, pour mettre tout le monde d
accord.



n oublions pas que chaque religion monotheiste tant a prendre le pas
sur celle qui la precede. pourtant la legitimité de chaque religion que
nous connaissons aujourd hui est induite par l existence de celles qui
la precede.



ainsi la religion musulmane se doit de reconnaitre le christianisme
ainsi que le judaisme. ce sont elles qui legitiment sont existence.
sans judaisme, elle n existe pas.



ca c etait simplement pour la parenthese et pour illustrer le lien fort
entre chaque religion monotheiste. sans dire qu elles sont similaires
qu elles portent sur la meme chose: ce n est pas le cas. pourquoi? car
il s agit de 3 epoques, 3 visions du monde, 3 niveaux de comprehension
differents.



toutefois dire que la vérité "religieuse" consiste en une sorte de
"melange" , ou melting pot entre ces 3 religions me parait erroné.



Peut on envisager, pour le developpement de chacun, que chaque personne
decide de prendre ce qui lui semble bon dans le judaisme, dans le
christianisme, chez les protestans, catho, orthodoxes, musulamans et de
rejeter ce qu il juge "mauvais" pour se créer son propre culte? qu est
ce que celà donnerait? peut etre une secte tres bonne pour une seule
personne mais qui ne tiendrait absolument pas compte des toutes les
diversités entre les hommes.



chaque religion demande du silence, de l ecoute, de la memoire, de la
pratique et de l enseignement. je crois qu il est difficile de suivre
plusieurs voies en meme temps. je crois qu il est encore plus difficile
de suivre toutes les voies en meme temps, sans pour autant les suivre a
fond.



rien ne nous empeche pourtant de faire fonctionner notre esprit
critique, notre envie de savoir, bien au contraire. cependant faisons
bien la part des choses. si je m observe aujourd hui, je me rend compte
que je suis passé de la croyance au doute, du doute a la recherche, de
l annalyse rationelle a une certaine forme de mysticisme et du
mysticisme a la croyance. je ne crois pas que le chemin que j ai choisi
ai ete la droite ligne vers la meileure voie a suivre, mais ca a ete la
mienne et je n ai pas de regret.



a suivre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
hanumanmusashi
vétéran
vétéran


Nombre de messages : 108
Date d'inscription : 25/07/2007

MessageSujet: Re: PRINCIPE 1 de Ô Senseï Funakoshi Gichin   Dim 30 Sep - 14:37

pour beaucoup de personnes les religions n ont pour vocation que de
calmer nos angoisses face a des questions existencielles: d ou venons
nous? qu est ce qui se passe apres la mort?



les religions nous expliquent que notre univers provient d une antité
invisible, immatérielle (qu il ne faut pas chercher a representer,
deciner, imaginer etc), qui pourtant nous a créé a son image. toutes
les religions nous expliquent qu apres la mort nous nous retrouverons
au paradis ou en enfer. pourtant "tu es né poussiere et tu redeviendras
poussiere". de quelle mort s agit il effectivement? de quelle mort
parlent nos religions?



peut on dire qu adam, en croquant au fruit de l arbre de la
connaissance est mort dans une certaine mesure car il est passé de la
lumiere aux tenebres de la beauté à la colère de la grace a la severité
de dieu! la rbre de la conaissance, le fruit de cet arbre...



je rebondis sur ce que tu dis par rapport aux arts martiaux et je
reviendrai sur l experience d adam plus tard. tu dis que l artiste
martial apprend a se battre pour connaitre la violence et pouvoir la
combattre. je suis de ton avis une des phrases que je prefere c est d
ailleur: "qui veut la paix prepare la guerre". donc apprendre a se
battre au cas ou, se connaitre au mieux pour gerer nos reactions,
connaitre l autre pour anticiper, comprendre, savoir quoi faire et quoi
dire a quel moment. voila resumé ce que les arts martiaux m ont permi
de faire. je ne me bat plus jamais et pourtant je sais que si je devais
le faire, contre un homme, un chien, un lion ou n importe quoi sur
terre, je saurai quoi faire pour survivre et je ne parle meme pas de
gegner ici! simplement en finir et partir sans trop de degats.



revenons en a adam. pourquoi en experimentant la conaissance sa vie
change t elle? il connaissait le paradis. apres son experience il
connaitra l enfer. dans les textes on nous dit que les simples d esprit
auront une place a droite du seigneur. parcequ ils auront su rester
dans leur bulle. parcequ ils n auront pas experimenté l ensemble de la
potentialité humaine...



comment savoir ce qu est le bien si je n ai aucune idee du mal? comment
puisje me connaitre moi meme si je ne sais meme pas decrypter mes
propres sentiments, emotions, humeurs (bonnes ou mauvaises, positives
ou negatives)? comment etre bon avec autrui si je suis incapable de me
mettre dans une terrible colere? ma bonté serait alors preuve de mon
incapacité a me mettre en colère, n est ce pas. je subirai donc ma
propre incapacité a réagir autrement. n est ce pas là d etre equilibré?
si je dis amen a tout suis je bon ou faible? si je ne sais que reagir
par la colere lorsque je suis depassé par les evenements, ais je
vraiment du carractère ou suis je une merde incapable de prendre du
recul?



quoi qu il en soit al, dieu se decrit a nous par nous meme, puisque je
suis ce que je connais et je connais ce que je suis. et on en reviens
au theme de "l etre" decrit dans mon precedent post...



etre plutot que penser a ce qu on doit faire...



a vous lire



mathieu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
al
lecteur actif
lecteur actif


Nombre de messages : 26
Age : 56
Région : Corse
Date d'inscription : 28/09/2007

MessageSujet: Re: PRINCIPE 1 de Ô Senseï Funakoshi Gichin   Lun 1 Oct - 0:13

Bonsoir mathieu

Lorsque j'écris qu'aucune religion n'est parfaite, que chacune contient une parcelle de vérité et qu'elles tendent vers le même but, je ne fais pas l'apologie du syncrétisme.
Non, ce que je veux dire, c'est que ce laisser enfermer dans un dogme risque de nous scléroser et à terme de nous empêcher d'accéder au Graal.

Un "chercheur" se doit d'être libre. Ce qui ne veut pas dire s'exclure des écoles de sagesse, car seul il est pratiqement impossible d'évoluer. Non, c'est garder sa liberté de penser hors des carcans mystico religieux.
Bien sûr tous les sentiers mènent au sommet de la montagne, mais ils ne sont pas tous semblables. Certains sont faciles, d'autres rudes et quelques uns sont des impasses.

Ma pratique martiale s'inscrit elle aussi dans cette optique.
J'ai commencé le Karaté dans le style shotokan. Puis au fur et à mesure de ma progression, ayant appréhendé les lacunes de mon style, j'ai, tout en continuant sa pratique, été voir ailleurs si l'herbe était plus verte par le biais d'autres styles et d'autre AM. Et au bout de ma démarche, après de nombreuses années, je travaille toujours le Shotokan, mais un Shotokan différent, enrichit de tous les apports venus de pratiques "soeurs" qui au lieu de l'appauvrir l'ont au contraire fortifié.

Une religion, un style d'AM, une école de pensée sont comme un Kata qui est un moule, une forme figée. Au début, on doit s'identifier au moule, rentrer dans sa forme, faire corps avec lui, pour après, le dépasser, l'abandonner comme une vieille peau après la mue et trouver la spontanéïté, le geste juste, la liberté.....

Une religion, un style d'AM, une école de pensée, sont des formes rigides qu'il est utile de pratiquer et sont même indispensables. Mais, il ne faut pas s'y laissé enfermer au risque de devenir comme eux, c'est à dire quelque chose de figé, de "dur", de "mort".

La vie est mouvement. Tout ce qui s'arrête, périclite et meurt.

al
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
hanumanmusashi
vétéran
vétéran


Nombre de messages : 108
Date d'inscription : 25/07/2007

MessageSujet: Re: PRINCIPE 1 de Ô Senseï Funakoshi Gichin   Lun 1 Oct - 0:48

salut al,



je suis entierement de ton avis en ce qui concerne l art martial. ma
demarche s inscrit dans ce que tu decris. n oublie pas qu avec tes
annees de pratique, ta vision du karaté est forcement differente de
celle d un novice. si tu es devenu libre dans ta pratique personnelle,
c est que tu en as le niveau. cependant je suis de plus en plus
convaincu du fait que le cadre a tout de meme son importance et qu il
est important de le suivre , simplement pour enseigner.



chacun se construit pas a pas, etape par etape et je ne peux pas
transmettre d un seul bloc tout ce que je sais faire a des eleves. donc
je passe par une methode qui comprend des etapes successives.



je pense qu en matiere de religion c est la meme chose: a force d
experience chacun se forge sa propre idee de dieu, du sens de sa propre
vie. ca c est l experience personelle. mais pourquoi vouloir macher le
boulot aux nouveaux venus? eux ils ont besoin des dogmes, ils ont
besoin du cadre pour pouvoir ensuite, une fois qu ils savent de quoi il
s agit, pouvoir remettre en question, se poser des questions. là où je
te rejoint: c est tres difficile a faire entierement seul car les voies
sans issues sont plus simple a decouvrir que celles qui menent loin!



peut etre as tu trouvé ton graal, as tu pu changer ton plomb en or, mais si tu as su le faire c est grace a ton experience!



je suis heureux de pouvoir te lire car je pense que, malgré les
apparences, notre vision doit etre assez proche...mais je te laisse
seul juge de celà!



a te lire!



mathieu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
al
lecteur actif
lecteur actif


Nombre de messages : 26
Age : 56
Région : Corse
Date d'inscription : 28/09/2007

MessageSujet: Re: PRINCIPE 1 de Ô Senseï Funakoshi Gichin   Lun 1 Oct - 12:20

Salut mathieu

Je suis d'accord avec ce que tu écrit. Mais ne pas oublier que l'enseignement peut devenir une voie de garage pour celui qui n'y prend garde.

Pour le Graal, comme son Chemin débouche sur une "Flamboyante" fusion avec le Principe, permets moi de ne pas être pressé :-)

Tu dis que notre vision est proche, c'est possible, mais si nos sillons sont appelés à rester paralleles un certain temps, je te le dirais plus tard.

al
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 474
Age : 63
Région : Sud-ouest France
Date d'inscription : 13/07/2007

MessageSujet: Re: PRINCIPE 1 de Ô Senseï Funakoshi Gichin   Mar 2 Oct - 4:19

Les religions, les partis politiques, les styles de karaté et d'arts martiaux sclérosent, figent l'homme dans une certaine façon de pensée.

La liberté c'est la non pensée

Les religions sont imparfaites

Les partis politiques sont imparfaits

Les styles de karaté et d'arts martiaux sont imparfaits

Toutes les créations de l'homme sont imparfaites, la preuve toutes évoluent suivant les époques

L'homme entre dans un système et se déchire avec un autre pour prouver que son système est plus parfait que le système de l'autre, or les deux systèmes sont imparfaits, puisque les deux individus sont imparfaits.



En karaté tout commence et tout finit dans le Reï, en étant dans le Reï je suis dans une bulle de respect et d'acceptation des différences.

Chaque être humain est un temple parce qu'il a en lui la vie, Dieu est la vie, donc Dieu est en chacun de nous, lorsque je reconnais cela que m'importe à quelle philosophie ou religion appartient celui qui est en face de moi puisqu'il est moi, nous avons la même vie en nous.

Lorsque vous vous retrouvez seul abandonné dans un pays étranger et que vous entendez quelqu'un parler français, peut vous importe sa religion, son parti politique ou son style d'art martial vous avez trouvé un pays à vous, un autre moi.

Ne prenez surtout pas tout ceci comme une vérité, ce n'est qu'une reflexion de mon imparfaite personne, qui se considère comme un ronin de la vie.



P.S: au sujet de la mort, ce mot à été galvaudé, bibliquement il ne signifie pas anéantissement mais séparation, il y a deux types de mort, séparation:




1) La mort, séparation spirituelle conséquence péché (péché signifie suivre une autre route).

2) La mort, séparation de l'âme et du corps conséquence de la mort spirituelle

_________________
Cherche et tu trouveras,
Demande et on te donnera,
Frappe et on t'ouvrira...


Dernière édition par le Mer 3 Oct - 5:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kyoku-castelmayran.4umer.net
al
lecteur actif
lecteur actif


Nombre de messages : 26
Age : 56
Région : Corse
Date d'inscription : 28/09/2007

MessageSujet: Re: PRINCIPE 1 de Ô Senseï Funakoshi Gichin   Mar 2 Oct - 23:53

Bonsoir,

Ben....j'aurais écris ce qui précède que je n'en serais pas autrement étonné :-)

Plus sérieusement:
Qui peut se vanter de détenir la Vérité? Chacun la cherchera avec les armes qu'il a à sa disposition et son niveau de compréhension et tant mieux si chacun à la sienne, ce qui permet de nous interroger sur nos certitudes.
Le problème, c'est quand l'autre veut à tout prix, m'imposer sa vérité, nier que je puisse penser différemment, enfermé qu'il est dans sa croyance, allant jusqu'à essayer de me l'imposer par la force.

La mort, vaste sujet, mais qui n'existe que dans l'ego, qui sait bien lui, que la mort ne concerne que lui, car elle n'existe pas au regard de la Vie. Tout est cycles et transformations, mais la Flamme est éternelle.

Petite question sans rapport avec le post:
Serait-il possible de pouvoir rédiger les messages avec un fond de couleur différente, car le fond noir rend le pointeur invisible et à la longue cela fatigue les yeux......de lui courir après. J'ai regardé dans les options........ j'ai chercher et je n'ai pas trouvé, pour paraphraser ta maxime, alors...je demande en espérant que l'on me donnera , sinon, il ne me restera plus qu'a frapper :-)

Al
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 474
Age : 63
Région : Sud-ouest France
Date d'inscription : 13/07/2007

MessageSujet: Re: PRINCIPE 1 de Ô Senseï Funakoshi Gichin   Mer 3 Oct - 0:55

Avant de frapper laisse moi le temps de trouver:lol!:

_________________
Cherche et tu trouveras,
Demande et on te donnera,
Frappe et on t'ouvrira...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kyoku-castelmayran.4umer.net
hanumanmusashi
vétéran
vétéran


Nombre de messages : 108
Date d'inscription : 25/07/2007

MessageSujet: Re: PRINCIPE 1 de Ô Senseï Funakoshi Gichin   Mer 3 Oct - 14:30

salut les amis,



la question de la mort est vaste, maborieuse, elle fait resortir nos
peurs profondes de ne plus etre, de disparaitre totalement ou, qui
sait, que notre ame puisse survivre ailleur et autrement.



blague a part, je concoit le terme mort comme al: c est a dire que la
mort de l ego permet une renaissance. chaque prise de conscience en
elle meme peut deja etre assimilé a une perte a une mort de soi
meme...qu en pensez vous?



experimenter, vivre serait donc mourrir et renaitre sans cesse. et je
ne parle meme pas des processus d initiations qui utilise le terme de
mort pour bien separer l individu avant l initiation et celui d apres...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
al
lecteur actif
lecteur actif


Nombre de messages : 26
Age : 56
Région : Corse
Date d'inscription : 28/09/2007

MessageSujet: Re: PRINCIPE 1 de Ô Senseï Funakoshi Gichin   Mer 3 Oct - 20:16

Alors là, je n'ai qu'une chose à dire: bravo! et.....arigato gozaïmasu..... pour mes yeux.

De plus, je trouve le site...comment dire, plus en phase avec l'esthétisme nippon, plus harmonieux et serein, moins agressif. Bref, plus accompli.

Encore merci.....votre obligé....

al
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 474
Age : 63
Région : Sud-ouest France
Date d'inscription : 13/07/2007

MessageSujet: Re: PRINCIPE 1 de Ô Senseï Funakoshi Gichin   Mer 3 Oct - 22:25

Embarassed

_________________
Cherche et tu trouveras,
Demande et on te donnera,
Frappe et on t'ouvrira...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kyoku-castelmayran.4umer.net
al
lecteur actif
lecteur actif


Nombre de messages : 26
Age : 56
Région : Corse
Date d'inscription : 28/09/2007

MessageSujet: Re: PRINCIPE 1 de Ô Senseï Funakoshi Gichin   Mer 3 Oct - 23:49

Salut mathieu,

Apparemment le sujet de la mort t'intéresse :-)

Comme je te l'ai écrit dans le post précédent; vaste sujet.

La mort est un problème pour.......l'ego. Il n'y a que lui qui s'interroge et a peur, car il sait pertinemment qu'a la disparition du corps physique, il se dissoudra. Donc, il a inventé une définition de ce qu'il considère comme une fin et l'a appelé "Mort". Il la craint, la redoute et veut l'occulter par tous les moyens, dans une course effrénée aux plaisirs du monde pour l'oublier et éviter de se retrouver face à lui même.

Il craint la mort, sans se rendre compte que "son" corps physique "meurt" et renaît sans arrêt de par le remplacement permanent de ses cellules.

Les existentialistes ont voulu démontrer l'absurdité de la situation existentielle face à l'angoisse de la mort, et J.P. Sartre dans "l'être et le néant" dit: .....La mort est une néantisation toujours possible de mes possibles, qui est hors de mes possibilités".

Mais la mort n'existe pas. Ce n'est, en tout cas, pas la cessation de la vie biologique, puisque tout est transformation, et que les éléments qui nous constituent sont les mêmes que ceux qui ont présidés à l'impulsion initiale du Big Bang, puisque nous sommes des poussières d'étoiles. A la disparition de notre corps physique, ils continuerons leur "voyage" assemblés différemment, mais toujours les mêmes.

Ce que l'ego appelle mort, est la fin de la conscience personnelle, mais ce mot mort n'est qu'une image rhétorique, puisqu'elle ne renvoie à rien de connaissable.
Comme a dit Gaston Bachelard: "la mort est d'abord une image, elle reste une image. Elle ne peut être consciente que si elle s'exprime, et elle ne peut s'exprimer que par des métaphores".

La mort n'est qu'une image symbolique. Elle n'est pas un évènement de la vie, puisqu'elle notre mort ne peut pas être vécue. Nous n'avons que l'expérience de la mort d'autrui.
Je ne peux pas dire: "Je suis mort". C'est un non sens, puisque pour le dire, je dois être vivant! Je ne peux pas être conscient que je ne suis pas.

Ce que l'ego nomme mort, n'est qu'une étape, un transit, une évolution. Même si "ma" conscience s'endort pour des millions d'années ou même pour l'éternité, rien ne pourra arrêter la "Flamme" qui a existée et qui existera de toute éternité, le Soi. Et nous sommes ce Soi fractionné en une multitude d'entités inconscientes, pour la majorité, de leur véritable nature.

La vie, c'est la mort et la mort c'est la vie. Un peu comme la signification de l'arcane "Mort" dans le Tarot qui est le symbole de la mort du vieil homme, pour que puisse émerger l'homme nouveau.

Et je laisserais le mot de la fin à Epicure:
"Que m'importe la mort, lorsque je suis là, elle n'y est pas et lorsqu'elle y est, je n'y suis plus".

al
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
hanumanmusashi
vétéran
vétéran


Nombre de messages : 108
Date d'inscription : 25/07/2007

MessageSujet: Re: PRINCIPE 1 de Ô Senseï Funakoshi Gichin   Jeu 4 Oct - 1:05

salut al,



le theme de la mort physique m interesse simplement par curiosité.
depuis le temps je me suis fait une raison: je vais mourrir un jour.
rien de bien grave en somme, simplement je ne serai plus. inutile de
parler de paradis ou d enfer car finalement que j aille dans l un ou
dans l autre ne changera rien: je deviendrai un vide, le neant, peut
etre un souvenir, au mieux un bon souvenir au pire pas de souvenir du
tout...



la mort m interesse d un point de vue symbolique d avantage que pour
des questions existencielles qui ont aujourd hui leurs reponses.



on a coutume de rappeler que les religions ont pour but de donner des
reponses a ce genre de questions. le theme de la mort, de la
resurection y est largement developpé, vous en conviendrez. mais
pourquoi tant insister sur ce sujet finalement? parceque s il s
agissait simplement de se donner la mort pour avoir des reponses a nos
questions, quel serait l interret de vivre? donc le theme de la mort
traité par les religion va peut etre au delà de tout celà. ou plutot il
est peut etre exageré ; et si la realité etait beaucoup plus
simple...comme souvent me direz vous!



et si la conception de l homme: corps , ame, esprit etait plus qu une
simple vue de l esprit (sans jeu de mot!)? et si nous considerions
l'Homme comme une sorte d espace en plusieurs dimensions, ou le corps
physique serait une dimension, ou l ame serait une dimension et ou l
esprit en serait une autre. comment nous considerons nous? dans les
arts martiaux on considere qu il faut allier corps et esprit. la
conception japonaise de l homme n interdit en rien le fait qu un homme
puisse atteindre la perfection: nombreux sont les hommes qui ont ete
eleves au rang de dieu et consideres comme tel parcequ ils ont atteint
un tres haut niveau dans leur art.



le niveau le plus elevé de l homme, selon cette conception serait celui
de dieu. cet etat nous a ete "interdit", penser que l homme peut
atteindre l etat de dieu est considere comme une pensée hérétique.
jesus est d ailleurs mort a cause de celà, ne l oublions pas. ne dites
pas que vous n etes pas de mon avis, j ai bien conscience que nous
pensons a peu pres la meme chose. je ne suis pas certain cependant que
nous exprimons ce sentiment de la meme facon.



pour moi dire que dieu est dans chacun des homme ou meme que chaque
homme est un dieu est faux. on le voit tous les jours en discutant avec
nos congeneres, bien peu peuvent se targuer d etre des dieux, meme si
parfois ils le croient! certes, beaucoup seront appelés mais peu seront
elus. la selection est rude et je n ai meme pas passé les qualifs! donc
je me contente de reflechir.



j espere pouvoir trouver vraiment les mots pour vous exprimer ce que la
mort evoque vraiment pour moi. elle fait entierement parti de la vie,
mais dans les autres "dimensions" dont j ai parlé.



comment comprenez vous ce que je viens d evoquer? qu est ce que ca vous evoque?



a vous lire



mathieu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
al
lecteur actif
lecteur actif


Nombre de messages : 26
Age : 56
Région : Corse
Date d'inscription : 28/09/2007

MessageSujet: Re: PRINCIPE 1 de Ô Senseï Funakoshi Gichin   Jeu 4 Oct - 2:10

Salut mathieu

Oui, la mort symbolique est plus intéressante à tout prendre, parce que l'autre, nous ne pouvons que spéculer.

les religions abordent le thème de la mort en fonction de cultures et de sensibilités différentes. Elles essayent de donner des réponses à des hommes désarmés devant le mystère de la vie et de l'après vie. Elles ne sont que des béquilles.

Que plusieurs "niveaux" se juxtaposent en l'homme, c'est fort possible. On retrouve cela dans l'explication des sept corps, du plus matériel au plus subtil. Du corps physique au corps atmique, un peu à la manière des poupées russes.
Mais je pense qu'il n'y a qu'une énergie, qui se manifeste avec des taux vibratoire différents; basses vibrations pour le corps matériel, hautes vibrations pour le corps spirituel.

Mais, c'est vrai que la réalité est peut-être plus simple, après tout. Mais pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué :-)

Pour ma part, je pense (pour l'instant, hein, à un certain moment de ma progression....parce que demain, à la lumière d'une nouvelle compréhension, je pourrais dire autre chose), qu'il n'y a qu'une Conscience dans l'Univers et que nous sommes cette Conscience. Autrement dit, il n'y a que "Nous". Nous sommes créateur de notre monde. Nous sommes l'Univers et l'Univers nous contient. Nous sommes immanent et transcendant à la fois. C'est pourquoi, rejeter nos malheurs sur le monde et les autres est une hérésie. C'est nous qui en sommes responsables. Partant de ce postulat, il n'y a pas "d'autres", l'autre, c'est nous. Tout ne peut venir que de nous. Les prières et les salamalecs à une déïté sont autant de feuilles mortes emportées au vent de l'ignorence.

Donc, pour rester cohérent avec moi même, j'essaye de vivre ma vie en me basant sur ce paradigme. Bon, c'est pas facile, cela demande sans cesse de resituer chaque fois l'ego à sa place tant il a de propention à ce prendre pour le maître. La difficulté majeure de ce genre de démarche, c'est qu'il faut prendre garde d'être suffisament armé, car la voie se situe sur le fil du katana. Trop tôt, nous risquons pour notre santé mentale.

Mais ne dit-on pas aussi que le chercheur chevauche sur le dos d'un tigre.

al
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
hanumanmusashi
vétéran
vétéran


Nombre de messages : 108
Date d'inscription : 25/07/2007

MessageSujet: Re: PRINCIPE 1 de Ô Senseï Funakoshi Gichin   Jeu 4 Oct - 14:05

salut al,



voilà pourquoi j aime discuter avec toi: tu me permet d approfondir ma reflexion d une maniere neuve.



opur te dire la realité de ma pensée (actuelle Wink) ma vision de l homme
se limitait a sa propre influence ou interaction avec son
environnement. c est proche de ce que tu enonces pourtant la difference
est celle ci: toi tu sembles considerer que l Homme est lui meme l
univers. que sans l homme l univers lui meme n existe pas (qui en
aurait conscience?) et que sans l univers lui-même, l Homme n
existerait pas. si je t ai bien compris, pour toi chaque etre humain
est relié avec tous les autres mais aussi a cette sorte de vibration
"originelle" ou "universelle".



de quelle teneur sont ces vibrations universelles? est ce qu elles
fonctionnent a la maniere d un emeteur et d un recepteur? par exemple
si nous imaginons que mes pensées sont émises et qu elles sont
receptionnées par une sorte d echo universel (franchement, j essai d
exprimer une sorte de sensation, alors ne m en veuillez pas si les mots
sont mals choisis...je fais au mieux avec mes capacités!) qui nous
renvoit nos pensées par des faits.



prenons l exemple vecu d une femme qui se pleint toujours d attirer le
meme genre d hommes. type d homme qui lui plaisent certes mais qui ont
tendance a picoler un peu sur les bords et pourquoi pas, a etre un peu
(sic) violents. si on ecoute parler cette femme, elle vous dit qu elle
en a marre, qu elle ne sait pas pourquoi elle tombe amoureuse de ces
types. si on creuse un peu, on se rend bien compte que TOUS les hommes
quelle a connu dans sa vie ont ces memes carracteristiques. elle
declare ne plus jamais vouloir tomber amoureuse de ce type de bonhomme,
qui la rend malheureuse etc etc etc...



quand on annalyse les pensées de cette femme, elle a conscience d un
malaise. elle croit fermement ne pas avoir de chance. elle veut changer
mais ne sais pas pour quoi de nouveau. bref elle tourne en rond: le
chat qui se mort la queue.



qu est ce qu il faudrait a cette femme pour qu elle soit heureuse?



1. prendre conscience de sa capacité a influer sur son environnement

2. penser positivement afin de communiquer au mieux avec son
subconscient ( methode connue des hyptoniseurs) et plus en utilisant
des termes comme "je ne veux plus de poivrot" parceque l inconscient
lui zappe le "je ne veux plus" et se concentre sur "poivrot" et
interprete en disant: "je veux un poivrot"

3. se mettre en position "psychologique" d obtenir ce qu elle desire
vraiment: elle peut le faire, d autre le font bien, elle est en train
de devenir heureuse...pourquoi pas!



tout celà pour dire que ce que nous emettons nous est peut etre bien
renvoyé. si je vais voir quelqu un mais que je n ai pas envi de le
voir, il y a des chances pour qu il le sente...la relation sera
mauvaise et on ne saura pas pourquoi. par contre si j eprouve vraimeent
de la joie a revoir une personne, celle ci le sent et me renvoit ma
joie...



vivre en gardant cette optique en vue me parait etre un moyen d etre
heureux et d accepter les moments de doute, de gigne en se
disant:"comment je dois penser pour que j aille bien?"etc...pourquoi
pas!



qu en penses tu?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
al
lecteur actif
lecteur actif


Nombre de messages : 26
Age : 56
Région : Corse
Date d'inscription : 28/09/2007

MessageSujet: Re: PRINCIPE 1 de Ô Senseï Funakoshi Gichin   Jeu 4 Oct - 23:21

Bonsoir mathieu,

Je trouve également que discuter sur ce forum et assez agréable, car les intervenants (bon...pas bien nombreux, il faut bien le dire, mais espérons que d'autre participent, ne serait-ce que pour enrichir le débat), sont respectueux du point de vue de l'autre. Ce qui ne veut pas dire, être toujours d'accord nest-ce pas? Sinon où serait l'intérêt des échanges?
Lorsque l'on a roulé sa bosse sur pas mal de groupes de discussion et vu l'état d'esprit qui y règne, cela nous reconcilie avec l'idée première des groupes, à savoir, l'enrichissement mutuel par l'échange de point de vue.

Bon, ceci étant dit, revenons à nos moutons.
Pour aller un peu plus loin dans ma réflexion de la vision de l'Univers et de la place de l'homme dans celui-ci, imaginons un énergie, peut importe le nom que l'on lui donne, appelons la Alpha. Cette énergie n'a pas eu de commencement et n'aura pas de fin, elle "est" de toute éternité. Alpha n'est pas statique, mais passe par des cycles de transformation qui la font, à partir d'un temps T, se complexifier de plus en plus. mais cette complexification qui peut se comparer à une expantion, ne tant pas vers l'infini. Au maximum de sa "dilatation", elle se transforme en son contraire. Comme dans le Taiji quant le Yin et le Yang arrivent à leur apogée et se tranforme en leur contraire. On retrouve cela dans la vision indienne du respir de Brahma ou aussi dans la théorie du big crunch. En somme un éternel mouvement dans un complexe immuable.

Alors! et l'homme là dedans? Me diras-tu.
Dans le cycle d'expantion pour toujours plus de complexité, l'homme devient le vecteur du but. Je m'explique:
Lors d'un début de cycle, il y a eu une impulsion initiale, qui se situe disons à la singularité précédant immédiatement le Big bang. Et l'homme est celui qui va recevoir cette impulsion.
Autrement dit, il y a un "lanceur de balle" et un "réceptionniste". Dans cette optique, Dieu ne serait pas la cause de l'Univers, mais le but. Il en aurait donné l'impulsion pour qu'un alter ego potentiel, l'homme, réceptionne cette énergie, pour la relancer dans un cycle sans fin.On peut faire ici un parallèle avec le point Oméga de Theillard de Chardin dans sa vision du surhomme.

L'homme est en devenir, il sera l'apothéose de la création en recevant la "balle" qui lui permettra de devenir , à son tour, créateur. Chaque homme est une parcelle d'Alpha et crée son propre univers dans lequel il va donner une implusion. Il est à l'intérieur de cet univers et en même temps en dehors (immanent et trascendant). Les univers sont innombrables et s'inter pénètrent tout en gardant leur "structure" Dans chaque "univers personnel", nous sommes responsable de son orientation. Si nous lançons mal la balle, il ne faut pas s'étonner qu'elle se perde ;-)
La disparition d'un univers n'aura aucune incidence sur la totalité des "univers bulles" qui disparaissent et ce créent sans cesse. Mais Alpha qui est la conscience immuable, elle perdurera à tout jamais, et nous sommes cette conscience.

Bien entendu, dans cette conception des choses, toute pensée et action auront une incidence directe sur le monde et les autres. Tout étant énergie, une simple pensée sera vivante et porteuse d'une charge émotionnelle qui sera captée par les autres, en bien ou en mal, bien sûr. Et par la loi des affinité va créer des égrégores qui seront d'autant plus puissants que les pensée de même énergie vont se regrouper. D'où l'utilité de maîtriser nos pensées, car les "parties" sont en inter relation permanentes et s'alimentent et s'équilibrent sans cesse dans des cycles énergétiques au sein du "Grand Tout".

Voilà, j'espère n'avoir pas été trop abscon et long, et .....
te souhaite une bonne soirée.

al
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 474
Age : 63
Région : Sud-ouest France
Date d'inscription : 13/07/2007

MessageSujet: Re: PRINCIPE 1 de Ô Senseï Funakoshi Gichin   Ven 5 Oct - 2:46

hanumanmusashi a écrit:
salut al,



le theme de la mort physique m interesse simplement par curiosité.
depuis le temps je me suis fait une raison: je vais mourrir un jour.
rien de bien grave en somme, simplement je ne serai plus. inutile de
parler de paradis ou d enfer car finalement que j aille dans l un ou
dans l autre ne changera rien: je deviendrai un vide, le neant, peut
etre un souvenir, au mieux un bon souvenir au pire pas de souvenir du
tout...



la mort m interesse d un point de vue symbolique d avantage que pour
des questions existencielles qui ont aujourd hui leurs reponses.



on a coutume de rappeler que les religions ont pour but de donner des
reponses a ce genre de questions. le theme de la mort, de la
resurection y est largement developpé, vous en conviendrez. mais
pourquoi tant insister sur ce sujet finalement? parceque s il s
agissait simplement de se donner la mort pour avoir des reponses a nos
questions, quel serait l interret de vivre? donc le theme de la mort
traité par les religion va peut etre au delà de tout celà. ou plutot il
est peut etre exageré ; et si la realité etait beaucoup plus
simple...comme souvent me direz vous!



et si la conception de l homme: corps , ame, esprit etait plus qu une
simple vue de l esprit (sans jeu de mot!)? et si nous considerions
l'Homme comme une sorte d espace en plusieurs dimensions, ou le corps
physique serait une dimension, ou l ame serait une dimension et ou l
esprit en serait une autre. comment nous considerons nous? dans les
arts martiaux on considere qu il faut allier corps et esprit. la
conception japonaise de l homme n interdit en rien le fait qu un homme
puisse atteindre la perfection: nombreux sont les hommes qui ont ete
eleves au rang de dieu et consideres comme tel parcequ ils ont atteint
un tres haut niveau dans leur art.



le niveau le plus elevé de l homme, selon cette conception serait celui
de dieu. cet etat nous a ete "interdit", penser que l homme peut
atteindre l etat de dieu est considere comme une pensée hérétique.
jesus est d ailleurs mort a cause de celà, ne l oublions pas. ne dites
pas que vous n etes pas de mon avis, j ai bien conscience que nous
pensons a peu pres la meme chose. je ne suis pas certain cependant que
nous exprimons ce sentiment de la meme facon.



pour moi dire que dieu est dans chacun des homme ou meme que chaque
homme est un dieu est faux. on le voit tous les jours en discutant avec
nos congeneres, bien peu peuvent se targuer d etre des dieux, meme si
parfois ils le croient! certes, beaucoup seront appelés mais peu seront
elus. la selection est rude et je n ai meme pas passé les qualifs! donc
je me contente de reflechir.



j espere pouvoir trouver vraiment les mots pour vous exprimer ce que la
mort evoque vraiment pour moi. elle fait entierement parti de la vie,
mais dans les autres "dimensions" dont j ai parlé.



comment comprenez vous ce que je viens d evoquer? qu est ce que ca vous evoque?



a vous lire



mathieu


Le niveau le plus élevé de l'homme est d'être un homme, être un homme c'est prendre conscience de sa nature matérielle et de sa nature divine, ne butons pas sur l'obstacle du mot "Dieu", qui je le rappelle n'est pas un nom biblique de "Celui qui est".

Le mot Dieu est bien commode pour tenter de parler de ce qui nous dépasse, on peut employer à la place conscience universelle, le Principe etc.

La divinité de chaque être humain ne se jauge pas à l'échelle de sa perfection, si telle était le cas il est bien entendu qu'aucun être ne pourrait être un fils de Dieu.

Si tu as un enfant, ou si un jour tu en as un, tu vas l'élever avec tes principes, ta philosophie de vie, si cet enfant une fois adulte est tout le contraire de l'éducation que tu lui auras donné, pourra t-on dire qu'il n'est pas ton fils? Les gènes qu'il a reçus de toi s'effaceront-ils par le simple fait de nier cette filiation.

Avec Dieu il en est de même, ce n'est pas parce que l'homme pèche (se trompe de route) et qu'il est imparfait qu'il n'est plus un fils de Dieu ou de la Conscience, ou du Principe.



Etre un élu c'est quoi c'est simplement reprendre conscience de cet état divin. En prenant conscience de notre filiation, on prend conscience de nos imperfections et on tente des les gommer le plus possible non pas dans un but de salut, mais simplement pour tenter de se modeler à l'image de Dieu, de la Conscience, du Principe etc. scratch

_________________
Cherche et tu trouveras,
Demande et on te donnera,
Frappe et on t'ouvrira...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kyoku-castelmayran.4umer.net
Admin
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 474
Age : 63
Région : Sud-ouest France
Date d'inscription : 13/07/2007

MessageSujet: Re: PRINCIPE 1 de Ô Senseï Funakoshi Gichin   Ven 5 Oct - 3:24

Si vous avez des sujets qui ne rentrent pas dans le cadre des forums, dans la catégorie acceuil que j'ai ouvert à tous il y a la rubrique conversations de comptoirs, Mathieu y est modérateur ainsi que vous Al. cette portion de site ouvert à tous nous amenera peut être des personnes à s'inscrire sur le forum. merci à vous deux pour votre activité sur ce modeste site.

_________________
Cherche et tu trouveras,
Demande et on te donnera,
Frappe et on t'ouvrira...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kyoku-castelmayran.4umer.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: PRINCIPE 1 de Ô Senseï Funakoshi Gichin   

Revenir en haut Aller en bas
 
PRINCIPE 1 de Ô Senseï Funakoshi Gichin
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» petit quizz sur la vie et l'oeuvre de funakoshi
» Mais pourquoi?
» moulinet pour stingray UL
» besoin d'aide
» Bonjour ,

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
KYOKUSHIN CASTELMAYRAN/SAINT NICOLAS DE LA GRAVE :: FORUM KYOKUSHIN CASTELMAYRAN :: QUESTIONS DIVERSES SUR LE KARATE-
Sauter vers: